Des ateliers de création de masques

Comme annoncé la semaine dernière, la Ville organise un atelier de confection de masques pour réunir toutes les bonnes volontés et réaliser des masques en tissu de protection contre le coronavirus covid-19.

Le rendez-vous est donné tous les après-midi, de 14h à 18h, salle Rottembourg (place Rottembourg, entrée par le parking de la police municipale).

Sur place, la Ville a commandé 1 000 m de tissu, des machines à coudre ont été installées, et toutes les mesures barrière sont en place pour que les bénévoles ne se contaminent pas. Des commandes d’élastiques ont été faites mais les approvisionnements sont compliqués. Sans doute des solutions alternatives devront-elles être trouvées dans un premier temps.

Le but est de réaliser un maximum de protections pour qu’elles puissent être données sans attendre aux populations les plus fragiles face à la maladie.

Chaque couturière – ou couturier – volontaire peut venir récupérer du tissu, des patrons, et réaliser des masques soit sur place, soit à domicile. Même si vous n’avez jamais fait de couture de votre vie, des bénévoles sont là pour vous expliquer comment faire !

Alors avis aux bonnes volontés, et rendez-vous salle Rottembourg !



Comment réaliser des masques selon la norme AFNOR ?

AFNOR, l’association française de normalisation, a produit un document très complet sur des préconisations pour réaliser des masques en tissu qui soient efficaces. Tout y passe : tissu acceptable, confection des masques, patrons, entretien des masques… Ce document, très complet, permet de guider les expert(e)s, vers la réalisation de masques surs.

Les tutoriels recommandés par l’AFNOR

Inutile de lire tout le guide AFNOR pour réaliser des masques. Des tutoriels de qualité vous permettent de vous en sortir en suivant la réalisation, pas à pas.

Atelier de la création : https://bit.ly/TutoAtelierdelacreation  

Atelier des gourdes : https://bit.ly/TutoAtelierdesgourdes  

Bibicraft : https://bit.ly/TutoBibicraft

Viny DIY : https://youtu.be/OM3TFAU7ljU

Une plateforme citoyenne

La plateforme internet Montgeronnais solidaires a été paramétrée pour recevoir les offres et les demandes de masques.

Si vous savez faire des masques et que vous pouvez en donner ou si vous avez du tissu qui pourrait être utile à leur confection, connectez-vous sur solidaire.montgeron.fr.

Et si vous cherchez des masques fait-maison, faites une demande sur cette même plateforme.


Des Montgeronnaises déjà engagées

De nombreuses montgeronnaises se sont manifestées pour aider à la confection de masques. Voici le parcours de quelques unes d’entre elles. Vous pourrez sans doute croiser certaines aux ateliers de confection.

Fatima Boury est une modéliste Montgeronnaise. La couture est son métier et sa passion. Sans activité actuellement, elle a profité de la période de confinement pour faire des masques… En nombre ! Tous les tissus y sont passés et ses amis et voisins ont pu en profiter. Elle a travaillé pour l’éducation nationale et a été formatrice dans des écoles de mode et souhaite partager son savoir pour que chacun puisse réaliser des masques. “Ce n’est pas très compliqué d’utiliser une machine à coudre, tout le monde peut y arriver”. C’est donc tout naturellement qu’elle s’est portée volontaire pour coordonner les ateliers de confection de masque.

Maria Amado est retraitée. Au début du confinement, elle a décidé de réaliser des masques pour son voisinage mais aussi pour ses petits-enfants. « S’ils doivent reprendre l’école, je fais de mon mieux pour les équiper pour qu’ils soient protégés. » Pour les confectionner, elle s’est renseignée sur le site de l’AFNOR et s’est servie de taies d’oreillers et de de draps en coton imprimé.  

Sylvie Elmerich a fabriqué des masques pour sa famille et ses collègues. Au chômage, elle a décidé de donner de son temps pour aider son entourage à se fournir en masques de protection. « J’ai des bases en couture et je dispose d’une machine à coudre à la maison. J’ai réalisé 4 patrons différents pour femme, homme, adolescents et enfant ». Avec les anciennes chemises de son mari, elle a aussi pu concevoir des masques pour son fils qui ne peux être confiné et qui continue de travailler, ainsi que pour des collègues à lui. « J’ai tout envoyé par la poste » raconte-t-elle.  

Sophie Baudequin a de l’expérience puisqu’elle a appris la couture avec ses parents. Au chômage partiel depuis le confinement, elle a voulu se rendre utile et est entrée en relation avec des groupes de couturières essonniennes sur Facebook. Avec les chutes de tissus dont elle disposait chez elle, elle a d’abord fabriqué des masques en tissus pour elle-même, ses amis et ses voisins. « J’ai aussi été contacté par les administrateurs du groupe Facebook pour confectionner des surblouses pour des maisons de retraite et des hôpitaux. » Sophie Baudequin a déjà fabriqué une quarantaine de masques à ce-jour.  

Sophia Platonova fait de la couture pendant ses loisirs et confectionne des masques selon les préconisations AFNOR. Elle en a déjà fait pour son beau-frère qui est policier, quelques-uns pour la classe de sa fille et aussi pour des associations.   

Florence Bouilleaud travaille pour une école de danse. Elle a l’habitude de confectionner des costumes pour les enfants et dispose donc d’une grande expérience avec l’utilisation des machines à coudre. Pour le moment, elle a fabriqué des masques pour sa famille proche et s’est basée sur un modèle alternatif de patron AFNOR.  

6 Place de Rottembourg, 91230 Montgeron, France

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×