Environnement

Environnement

Rénovation de l’éclairage public

L’éclairage public représente près de 50 % des consommations d’électricité de la commune. Remplacer les anciennes ampoules au sodium de l’éclairage urbain, très énergivores, par des LED permet de faire des économies significatives. Alors que le programme de remplacement des éclairages va se poursuivre jusqu’en 2023, les deux premières années du contrat permettent déjà une consommation en baisse de 8,2 %.

Éclairage à LED dans les gymnases

La commune procède au remplacement de l’éclairage de ses équipements sportifs par des lampes à LED, à la durée de vie supérieure et à la faible consommation électrique. Selon les configurations, la baisse de la consommation varie entre 50 % et 75 % !


Lutter contre les nuisances aériennes

Le combat de la VIlle contre le développement d’Orly participe à la transition énergétique et à l’amélioration du cadre de vie des Montgeronnais.

La mobilisation du 16 février 2019 à l’aéroport d’Orly a porté ses fruits. Jeudi 14 mars 2019, les députés ont adopté à l’Assemblée nationale un amendement qui inscrit dans la loi le couvre-feu ainsi que le plafonnement du nombre de vols annuels à l’aéroport de Paris-Orly. Ces dispositions ne faisaient jusque là l’objet que de simples décisions ministérielles. Elles étaient fragiles et révocables.

L’interdiction des décollages et atterrissages entre 23h30 et 6h15 et la limitation à 250 000 créneaux de vols annuels ont désormais force de loi.


Rénover les bâtiments

Lorsqu’elle se lance dans des travaux de rénovation de bâtiments publics, la Ville veille à améliorer la performance énergétique comme ce sera le cas avec la nouvelle école Jules Ferry.

Remplacement des Chaudières

Depuis 2014, les anciennes chaufferies des bâtiments publics sont remplacées par des équipements modernes et économiques au gaz.

Isolation des toitures

Les combles perdus des bâtiments peuvent être isolés avec de la cellulose. Le premier bâtiment municipal à en profiter est dans l’école Ferdinand Buisson. Viendront ensuite d’autres bâtiments. En plus l’opération est 100 % financée par les équivalents carbones payés par les entreprises.


Des moutons pour tondre

Au COSEC

Depuis le mois d’octobre, une vingtaine de moutons font de l’éco-pâturage au COSEC. Cette solution écologique et économique pour l’entretien de ces parcelles permet d’assurer une tonte régulière, sans avoir recours à des machines bruyantes et polluantes. Des animaux ont aussi récemment été implantés au lycée dans le même but.

Au lycée Rosa Parks

Deux vaches, un veau, cinq moutons et quatre chèvres sont arrivés au Lycée Rosa Parks le 19 mars 2019. Leur mission : brouter l’herbe des grands terrains du parc de l’ancien château.

Cette initiative est financée intégralement par la région Île-de-France. Elle a une triple vertu.

Pédagogique d’abord car elle permet aux lycéens de se sensibiliser à la bio-diversité et au respect de l’environnement. Il ne s’agit pas là d’une action isolée mais qui fait partie du projet d’établissement établi en 2017. Ce dernier prévoit de faire de Rosa Parks un lycée éco-responsable, renouant ainsi avec l’innovation pédagogique qui fut sa marque de fabrique à sa création.

Écologique ensuite. Vache pie-bleu, Vache pie-noir, moutons d’Ouessant, chèvres des fossés… L’éleveur Essonnien propriétaire du troupeau a implanté des animaux dont les variétés sont en voie de disparition : rustiques, ils ne répondent plus aux exigences de l’agriculture moderne et leurs effectifs sont très lourdement menacés (il reste actuellement moins de 20 représentantes de la variété pie-noir).

Économique enfin. Les terrains ainsi entretenus évitent l’utilisation de tondeuses à moteur, qui consomment de l’essence et de la main d’œuvre. Et quand on connaît l’étendu du parc du lycée, l’économie est conséquente. De plus, le pâturage respecte davantage l’éco-système que les engins mécaniques.


Nettoyage de la RN6

Dimanche 7 avril 2019, plus de 650 citoyens ont participé à une opération pour nettoyer les abords de la route nationale 6, en lisière de la forêt de Sénart.

Sacs plastiques éventrés, emballages, canettes, bouteilles et mégots jonchent régulièrement les bordures de la nationale 6. Ces déchets volontairement jetés par des automobilistes peu scrupuleux, ou échappés des camions, dégradent l’environnement. Un spectacle qui désole les riverains du secteur.

Une grande opération citoyenne

La Communauté d’Agglomération Val d’Yerres Val de Seine, l’ONF, le SIVOM, le SIREDOM, le Département de l’Essonne, les services de l’État et de nombreuses associations locales unissent leurs efforts en organisant chaque année en avril un grand nettoyage citoyen le long de la route nationale 6. Pendant cette matinée, riverains, usagers de la forêt, jeunes et moins jeunes sont conviés à participer à ce chantier nature. Équipés de sacs, de gants et de pinces, les volontaires y ramasseront les déchets abandonnés sur le sol.


Les maisons passives

Rue du Dr Lacaze, quatre maisons dites « passives » ont été implantées sur une parcelle que la municipalité voulait valoriser par le biais de logements hautement écologiques.

Au fond d’une parcelle dans la rue du Dr Lacaze, il était prévu un projet immobilier entraînant la construction d’un petit immeuble dans ce quartier pourtant pavillonnaire. La nouvelle municipalité s’y est opposé et a divisé le terrain – dont elle était propriétaire – pour en préserver une partie en espace naturel et consacrer le reste à un projet de construction de maisons écologiquement responsables.


Un chantier responsable

Le promoteur Green Eco-promotion a imaginé quatre maisons originales qui répondent à une démarche environnementale exemplaire initiée dès la construction.

Le chantier aura duré moins longtemps qu’une construction traditionnelle, engendrant une pollution atmosphérique et sonore moindre, et il aura consommé beaucoup moins d’eau (on dit que le chantier est « sec »). Au grand plaisir des voisins qui semblent apprécier la qualité du programme, son intégration dans le paysage et trouvent que le bardage en bois rappelle les environs boisés et préservés du quartier.

Une première en Essonne

Ces pavillons ont été conçus de façon à minimiser l’empreinte carbone globale, tout en apportant à leurs habitants un confort et une qualité de vie à envier. Réalisées avec des éco-matériaux de qualité et bénéficiant des avantages de l’architecture bioclimatique, ces villas comptent parmi les meilleures constructions écologiques d’Île-de-France et sont les premières à être labellisées maisons passives de l’Essonne.

De plus, les quatre maisons ont participé à l’expérimentation de l’ADEME appelée E+C- pour fixer les critères de la nouvelle réglementation environnementale 2020. Cette dernière vise à construire des bâtiments à énergie positive et à faible empreinte carbone. Une nécessité quand le bâtiment représente près de 45 % de la consommation énergétique nationale et de plus 25 % des émissions de gaz à effet de serre.

Les quatre maisons ont trouvé preneur sans beaucoup de difficulté. « Il est important de léguer à nos enfants des logements respectueux de l’environnement et nous sommes fiers d’y contribuer ! » déclarent les premiers habitants de ce quartier pas comme les autres.

La Maison Passive est un label internationalement reconnu, qui a été créé dans les années 90 en Allemagne et demande le respect d’un cahier des charges très strict :

  • les besoins en chauffage du bâtiment ne doivent pas dépasser 15 kwh/m2/an, soit 1,65 €/m²/an.
  • la consommation d’énergie primaire doit être inférieure à 120 kWh/m²/an tous usages confondus, du chauffage à l’électroménager
  • l’étanchéité à l’air est recherchée grâce à une ventilation assurée par une VMC double-flux qui permet de renouveler en continu l’air de la maison sans perdre de chaleur
  • la température moyenne de les pièces ne doit pas dépasser 25° plus de 10 % de l’année.



Maison de l’Environnement

Sensibiliser au développement durable et à l’environnement

La Maison de l’environnement (MDE) est actuellement fermée au public dans l’attente de travaux de réparation structurants. Les activités se poursuivent dans divers lieux et les bureaux sont temporairement déplacés au sein du Musée Josèphe Jacquiot. Le parc reste accessible tous les jours.

La Maison de l’environnement développe des démarches d’éducation à l’environnement et de découverte de la nature en ville et dans les milieux naturels de proximité : forêt, rivière. Elle intervient auprès du grand public et des publics scolaires (élémentaire) mais aussi auprès des centres sociaux et des associations. Elle organise des ateliers gratuits ouverts à tous (arboriculture, jardinage écologique, compost, etc.), des sorties nature, des animations thématiques, etc.

Retrouvez le programme des activités sur le site internet de la communauté d’agglomération

Le parc

Autour de la Maison de l’environnement, située 2bis avenue de la République, un vaste jardin de 4 000 m² est ouvert à tous. Très apprécié des visiteurs, il est entretenu selon un mode de gestion différenciée sans pesticides. La qualité de l’eau et des sols s’en trouve ainsi préservée.

Victime d’importants dégâts dus à de violents orages pendant l’été 2014, la Maison de l’Environnement est actuellement fermée au public. Mais les activités se poursuivent, organisées dans divers lieux montgeronnais. Le parc reste également accessible tous les jours.

Ouvert 7 jours sur 7 :

horaires d’été (du 1er mars au 1er octobre) : de 9h à 19h
horaires d’hiver (du 2 octobre à fin février) : de 9h à 17h
Accès situé 2 bis avenue de la République.

Maison de l’environnement

Bureau temporaire :
Musée Josèphe Jacquiot, 64 av. de la République
06 14 66 56 46
Contact

Accueil téléphonique
du lundi au vendredi 9h-12h30 et 13h30-18h
Accueil du public au musée Josèphe Jacquiot mardi, mercredi et vendredi 9h-12h30 et 13h30-17h30.
Fermeture samedi et dimanche.


Des arbres en ville

Déjà près de 800 arbres ont été plantés ces dernières années. Leur rôle dans la régulation du CO2 n’est plus à prouver au grand bénéfice de notre cadre de vie.

Planter autrement

Les plantes des massifs sont remplacées par des vivaces qui se conservent de saisons en saisons. Au final, moins de remplacements et moins d’eau, donc moins de déplacements des véhicules du service Espace verts.


Véhicules électriques

La Ville se dote de véhicules électriques. Aujourd’hui, six Zoé et un Kangoo électrique ont intégré la flotte automobile.

Ville 30

La réduction à 30 km/h de la vitesse en ville participe à ce que tous les automobilistes soient plus économes en carburant, tout en sécurisant les déplacements alternatifs, à pied ou à vélo.

Favoriser l’usage du vélo

Le passage à 30 km/h et l’aménagement des voies pour faciliter les déplacements en vélo est complétée par l’installation prochaine d’une station de vélos électriques en location à la gare et une prime pour inciter les agents municipaux à venir travailler à bicyclette.


Suppression des panneaux publicitaires

La Ville fait la chasse aux grands panneaux publicitaires qui constituent une véritable pollution visuelle. Les panneaux installés sur le domaine public sont retirés dès 2014.

Cette lutte contre la pollution visuelle est possible grâce au renforcement du règlement local de publicité qui a entraîné en 2018 la suppression de tous les grands panneaux publicitaires (4×3), y compris ceux sur le domaine privé.


Prime éco-logis 91

Pour inciter les habitants à rénover leur maison ou leur appartement pour en améliorer la performance énergétique, le Département lance la Prime éco-logis. Profitez d’une subvention pouvant aller jusqu’à 2 300 €.
En Essonne, 200 000 logements sont des « passoires énergétiques » qui coûtent cher et polluent notre environnement. Pourtant, les propriétaires sont prêts à réduire leur consommation énergétique, mais changer sa chaudière, isoler ses combles, installer des doubles vitrages nécessitent des investissements considérables.

C’est pourquoi le département de l’Essonne a créé la Prime éco-logis 91, pour vous permettre de faire des économies tout en protégeant la planète.


Pour aller plus loin et faire sa demande en ligne : primeecologis91.fr

Une aide de 2 300 €

La Prime éco-logis 91 couvre 30 % du montant hors taxe des travaux engagés* (fourniture et main d’œuvre) plafonné à 1 800 €.

À cela s’ajoute un bonus écologique de 500 € pour l’usage d’isolants biosourcés ou recyclés, la végétalisation de la toiture après son isolation ou encore l’installation d’un équipement utilisant une énergie renouvelable (pompes à chaleur, chauffage au bois, panneaux solaires).

Si vous choisissez de remplacer uniquement vos menuiseries (du simple vitrage au double ou triple vitrage performant), la Prime éco-logis 91 est forfaitaire : 900 €*.

* à condition d’engager un minimum de 3 000 € HT de travaux.

Une prime pour tous

Cette nouvelle aide s’adresse à tous les Essonniens, sans condition de ressources.

Pour en bénéficier, il faut :

  • être propriétaire occupant
  • engager des travaux dans sa résidence principale située en Essonne et achevée depuis plus de deux ans
  • entreprendre 1, 2 ou 3 travaux parmi une liste de travaux éligibles pour un montant minimum de 3 000 €HT (fourniture et main d’oeuvre)
  • faire appel à une entreprise portant la mention RGE (Reconnu garant de l’environnement)

Quels sont les travaux éligibles ?

  • Isolation de toiture, des murs ou des planchers bas
  • Remplacement des menuiseries simple vitrage (fenêtres, portes fenêtres, fenêtres de toit)
  • Chauffage/eau chaude sanitaire au gaz
  • Énergies renouvelables : pompes à chaleur, solaire thermique, électricité solaire (panneaux photovoltaïques), chauffage au bois ou biomasse
  • Appareils de régulation et de programmation du chauffage
  • Calorifugeage des systèmes de production ou de distribution de chaleur/eau chaude sanitaire
  • Ventilation

Comment demander la Prime éco-logis 91 ?

La demande est dématérialisée, les formulaires sont accessibles à partir du site primeecologis91.fr après avoir créé votre compte personnel.


Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×