Les menus

A Montgeron, la cuisine centrale municipal concocte des menus pour les écoles mais aussi pour les crèches, la Maison de l’Amitié et le portage de repas.

Menus des écoles

Préparés dans la cuisine centrale « La Roseraie » (et non pas délégués à une entreprise), les repas sont livrés dans les différents sites de restauration en liaison chaude.

Une commission élabore, avec une diététicienne, des menus qui respectent l’équilibre nutritionnel, utilisent des produits frais et comportent des produits de proximité (filière courte), privilégiant la saisonnalité et issus à 20 % de l’agriculture biologique.

Toutes les viandes sont d’origine France.

Du pain 100% bio

Depuis mars 2019, le pain est 100% BIO sur la commune pour toute la restauration (Petite enfance, enfance éducation et séniors), avec des farines issues de fermes franciliennes.

Un peu d’histoire : les restaurants d’enfants


C’est Raymond Paumier, un instituteur Montgeronnais, qui a créé la restauration scolaire moderne.

Peut-être avez-vous vu, sur Internet, un reportage issu des archives de l’INA (Institut national de l’audiovisuel) qui montre une cantine scolaire de Montgeron en 1956 ? Ce document ancien et insolite évoque « la lutte contre l’alcoolisme dans les écoles » ! Un thème qui nous semble étrange aujourd’hui, et pourtant…

Il faut dire qu’après-guerre, la préoccupation première est de nourrir la population. Dans la France entière, les cantines scolaires sont rudimentaires : ce sont, au mieux, de vastes réfectoires bruyants, au pire, les élèves mangent sous le préau, même en plein hiver. A table, les enfants boivent du cidre ou du vin, tradition héritée des campagnes !

Créateur de la PMI

A Montgeron, un homme prend la santé des enfants très au sérieux. Originaire de la Sarthe, où il est né en 1902, Raymond Paumier est nommé instituteur à Montgeron dès sa sortie de l’école normale, dans les années 1920. Il y fonde le Patronage Laïc, et commence à s’intéresser aux questions de santé et de nutrition. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il se rapproche d’Alexis Carrel, prix Nobel de médecine (1912). A ses côtés, il participe à la création de la Fondation de la mère et de l’enfant, qui sera renommée Protection maternelle et infantile (PMI) en 1945.

Le premier restaurant d’enfants

De retour à Montgeron après la guerre, il décide d’y appliquer les principes modernes de nutrition. Pour créer le premier restaurant d’enfants, la Maire de l’époque, Josèphe Jacquiot, met à sa disposition une ancienne pouponnière, La Roseraie, située rue de Draveil qui deviendra la rue Raymond Paumier. Le grand réfectoire cède la place à des petites salles chaleureuses et bien décorées. Les enfants mangent sur des tables dotées de nappes. Les assiettes en faïence et les verres remplacent les assiettes et les timbales en fer. Un soin particulier est apporté à l’équilibre des menus. Et donc… l’eau et le lait succèdent aux boissons alcoolisées ! Une attention portée à l’hygiène et à la convivialité qui dicte encore aujourd’hui les valeurs de la restauration scolaire à Montgeron.

Montgeron donne l’exemple

C’est pourquoi, 70 ans après, la cuisine centrale, prochainement rénovée, porte toujours le nom de La Roseraie et les Montgeronnais parlent encore de restaurants d’enfants. Une particularité qui attire la curiosité comme cette équipe d’une radio suédoise, Sveriges Radio, venue en février à La Roseraie faire un reportage sur l’importance de la nourriture à l’école.

Un reportage de 1956 sur le site de l’INA



Menus des crèches


repas seniors

Maison de l’Amitié


Portage à domicile

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×